La leçon du papillon

Merci à « la quête du + » pour ce merveilleux texte sur son blog hier…… C’est exactement ce dont j’avais besoin et du coup, je l’offre à celles qui n’ont pas la chance de suivre son blog…..

La Leçon du papillon

Un jour, apparut un petit trou dans un cocon. Un homme, qui passait à tout hasard, s’arrêta de longues heures à observer le papillon qui s’efforçait de sortir par ce petit trou. Après un long moment; c’était comme si le papillon avait abandonné, et le trou demeurait toujours aussi petit. On aurait dit que le papillon avait fait tout ce qu’il pouvait et qu’il ne pouvait rien faire d’autre. Alors l’homme décida d’aider le papillon: il prit un canif et ouvit le cocon: le papillon sortit aussitôt… Mais son corps était maigre et engourdi, ses ailes étaient peu developpées et bougeaient à peine. L’homme continua à observer, pensant que d’un moment à l’autre, les ailes du paillon s’ouvriraient et seraient capables de supporter le corps du papillon pour qu’il prenne son envol. Il n’en fut rien! Le papillon passa le reste de son existence à se trainer par terre avec son corps maigre et ses ailes rabougries. Jamais il ne put voler.

Ce que l’homme, avec son geste de gentillesse et son intention d’aider, ne comprenait pas, c’est que le passage par le trou étroit du cocon était l’effort nécessaire pour que le papillon puisse transmettre le liquide de son corps à ses ailes de manière à pouvoir voler. C’était le moule à travers lequel la vie le faisait passer pour grandir et se développer.

Parfois l’effort est exactement ce dont nous avons besoin dans notre vie. Si l’on nous permettait de vivre notre vie sans rencontrer d’obstacles nous serions limités, nous ne pourrions être aussi forts que nous le sommes, nous ne pourrions jamais voler.

J’ai demandé la force… Et la vie m’a donné des difficultés pour me rendre fort.

J’ai demandé la sagesse… Et la vie m’a donné des problèmes à résoudre.

J’ai demandé la prospérité… Et la vie m’a donné un cerveau et des muscles pour travailler.

J’ai demandé de pouvoir voler… Et la vie m’a donné des obstacles à surmonter.

J’ai demandé l’amour … Et la vie l’a donner des gens à aider dans leurs problèmes.

J’ai demandé des faveurs… Et la vie m’a donné des potentialités.

Je n’ai rien reçu de ce que j’ai demandé…Mais j’ai reçu tout ce dont j’avais besoin.

20131026-115344.jpg

Le vieux paysan et son voisin…. Histoire du soir pour celles qui,comme moi, sont embarquées dans le grand 8 de la PMA

Une histoire que je retrouve au fond de ma mémoire et qui m’aide, de temps à autres, dans des périodes sombres….

C’est l’histoire d’un vieux paysan qui était très pauvre, et qui n’avait pour seule richesse qu’un cheval, une très belle bête, qui attisait la convoitise de ses voisins. Un riche dignitaire qui passait par là, vit le cheval et voulut l’acquérir, pour un très bon prix. Mais malgré ses conditions de vie modestes, il refusa de le vendre. Un voisin vînt le voir et lui dit : « Oh, tu en as bien de la chance d’avoir un si beau cheval ! Un cheval qui vaut si cher ! », le vieux paysan lui répondit simplement «Nous verrons bien… »

Un jour, le cheval sauta par dessus la clôture et s’enfuit… Le voisin qui avait vu la scène lui dit très hypocritement : « Oh mon pauvre ami, ton cheval était ta seule richesse et il s’est enfui, comme c’est malheureux ! ». Le vieil homme lui répondit simplement « Nous verrons bien… »

Quelques jours plus tard, le cheval revînt, ramenant avec lui plein de beaux chevaux sauvages, tous d’une grande élégance… Les voisins étaient atterrés…Ils vinrent le voir le regard envieux et lui dirent « Que tu as de la chance ! Tu n’avais pour seule richesse qu’un cheval, et te voilà avec une dizaine d’entre eux ! ». Le vieil homme, lui, comme à son habitude se contenta de répéter : « Nous verrons bien… »

Ne pouvant s’occuper tout seul de ces nombreux chevaux, le vieil homme fit venir son fils. Un jour d’orage, un cheval énervé donna un grand coup de sabot dans la hanche du fils qui fut gravement blessé… Un voisin vînt le voir pour le plaindre faussement : « Oh mon pauvre ami, tu n’avais qu’un seul fils, et voilà qu’aujourd’hui il est blessé, et qu’il ne pourra plus jamais remarcher normalement… comme je te plains ! ». Le vieil homme lui répondit encore « Nous verrons bien… »

Puis la guerre éclata. L’armée vînt au village, et par décret de l’empereur, tous les jeunes hommes valides et vigoureux furent enrôlés de force. Les voisins ne pouvaient que regarder leurs fils partir au front, sachant qu’une mort certaine les attendait. Mais ce ne fut pas le cas de son fils, blessé et reformé poûr cela…Aux voisins qui lui dirent qu’il avait de la chance, le vieil homme répondit encore : « Nous verrons bien… »

Spéciale dédicace à Marinette et les winners de la loose qui viennent de revenir dans le protocole FIV après une série de mésaventures éprouvantes … À celles qui ont vécu ces dernières semaines des tentatives infructueuses, tellement de déception après tellement d’espoir … Et à nous toutes pour que cette sagesse nous accompagne dans ce périple et les autres ! Le meilleur est aussi à venir 😉

Quand l’enfant se fait attendre, France 4

J’ai du attendre des jours avant de le voir après l’avoir enregistré en replay mais …Wouaouh…. que ça fait du bien de suivre ces parcours… quelle douceur, quelle délicatesse et quelle justesse Madame la réalisatrice…

Ces parcours de couples plongés dans l’aventure de la PMA (IAC ou FIV) sont le mien, celui de toutes celles que je lis et auxquelles, parfois, je réponds…

Nous sommes lancées dans cette grande histoire et voir ce chemin emprunté par d’autres, voir leurs larmes, leurs sourires et leurs espoirs, c’est formidable.. Merci.

Je me sens à la fois encore plus lucide (plus à froid) sur le process, sur la démarche et en même temps portée par une vague d’émotions, d’espoirs et de rêves (plus à chaud)….. et vous ne pouvez pas me dire qu’il s’agit de la force des hormones because… j’ai pas encore commencé mon protocole 😉

Nan, je suis juste ce grand paradoxe ambulant amplifié par la PMA qui est, en elle même, un immense paradoxe chaque jour…. alternant le super-médical et le magique

Je vais aller me coucher pleine des jolies larmes de ces femmes et de leurs conjoints (solides les zhôms !!), mais avant ça…

Deux changements avant d’aller dormir pleines d’étoiles dans les yeux…..

Changement mineur, je change mon fond d’écran de blog … pffu, nul… ok..

Changement majeur: mes blogs préférés sont là, à gauche…. et oui ! les marinettes, tipouce et autres dame lapin (blonde), l’hirondelle et celles qui ovulent pas le dimanche ou qui se sentent comme dans un casino….  tout le monde est là …. je vous

La PMA, c’est comme …

De nombreuses internautes partagent ce texte qui illustre assez bien l’aventure de la procréation médicalement assistée.

On est invité s’imaginer la métaphore suivante: décider d’avoir un bébé, c’est comme planifier un voyage en Australie.

Vous avez entendu dire que c’est un endroit magnifique, vous avez lu plusieurs guides de voyage à ce sujet et vous sentez que vous êtes prêts à vous y rendre.

La plupart de ceux que vous connaissez qui y sont allé ont fait ce voyage par avion.

Ils disent que ça peut être un vol turbulent avec des atterrissages difficiles mais vous ne pouvez vous empêcher d’espérer être bientôt du voyage.

Vous vous rendez donc à l’aéroport et demandez à l’agent de comptoir un billet en direction de l’Australie.

Partout autour de vous, des gens excités embarquent à bord de l’avion en direction de l’Australie mais il semble qu’il n’y ait pas de place pour vous.

Vous devrez attendre le prochain vol.

Impatients mais attendant avec hâte ce voyage merveilleux, vous attendez … attendez … et attendez …

Les gens vous disent des choses bizarres comme : « ne vous inquiétez pas, vous serez sûrement sur un vol très bientôt ».

Après un bon moment, l’agent vous dit :

« Je suis désolé, nous ne serons pas capables de vous faire partir sur un vol en direction de l’Australie, peut-être devriez-vous songer à y aller par bateau ? ».

« Par bateau !!! » vous exclamez-vous.

Y aller par bateau prendra beaucoup plus de temps.

Vous n’aviez jamais pensé vous y rendre autrement qu’en avion.

Alors vous rentrez chez vous, vous demandant s’il ne serait peut-être pas mieux d’abandonner l’idée d’aller en Australie.

Vous vous demandez si l’Australie ce sera aussi beau en y allant par la mer que par les airs.

Mais cela fait si longtemps que vous souhaitez y aller que vous décidez finalement de vous y rendre par bateau.

C’est un très long voyage, plusieurs mois sur une mer houleuse.

Vous vous demandez si vous verrez un jour l’Australie, tellement le voyage est ardu.

Pendant ce temps parfois, plusieurs de vos amis sont allés en Australie, aller-retour, deux, trois fois et même plus, s’émerveillant chaque fois de leur voyage.

Finalement, un jour, votre bateau accoste en Australie.

C’est plus exquis que vous ne l’aviez imaginé et la beauté y est amplifiée par tous ces longs moments passés en mer.

Vous avez rencontré des gens fantastiques pendant le voyage, certains étant devenus vos amis.

Vous vous demandez quelquefois comment le voyage se serait déroulé si vous aviez voyagé par avion.

Mais vous savez que la vie vous a fait apprécier l’Australie de façon très spéciale…. la beauté de l’Australie ne réside pas seulement dans l’endroit lui même mais aussi peut être dans le temps et le voyage que l’on a pris pour y parvenir… un parcours initiatique.