Still

Je n’écris plus.

Ça, on peut dire que c’est mauvais signe.

Mauvais signe pour mon équilibre, mauvais signe pour mon univers intérieur, signal faible du débordement de plein d’autres trucs achement prioritaires (mais pas tant que ca) bref, c’est mauvais signe.

Et quand on est encore en capacité d’entendre et de voir ce type de mauvais signe, ben c’est plutôt bon signe.

Oulala cette introduction de fifille complexe.

Bon, je vous dois des News et je ME dois le plaisir de poser tout cela sur mon espace à moi, ma micro nation 🙏.

Premier niveau d’info, le petit d’hom et son développement:

Arf.

J’en suis dingue.

Pas d’autres mots, faut assumer. J’en suis dingue.


Chacun de ses délires, chacun de ses sourires me bouleversent.

Je dois être bien barrée mais j’ai l’émotion à fleur de peau…. Rien ne compte plus que lui, que sa sœur…. Au delà de ma vie il y  a maintenant la leur.

Je vous passe les mensurations, le poids, l’appétit et le développent psychomoteur…. Tout va bien.

Il est radieux à croire qu’il a bouffé un soleil et piqués tous les sourires des quartiers alentours.

Il tente de marcher mais n’y parviens pas encore (omg!! A 14 mois bientôt!😀) donc il court sur sa draisienne ou sur sa trottinette adaptée.

Il a la rage de marcher comme le l’explique sa nounou et il tente tout le temps mais termine souvent sur l’arrière train, un peu frustré.

Deuxième niveau d’info: comment nous allons, nous autres les parents / le couple:

Je ne sais pas pour celles qui ont mon âge (ok, ne vous précipitez pas à lever la main 😉) mais cette première année de mon petit Hom accompagnée de la première phase de mon boulot et ben je suis carbonisée,

Plus de carburant

Pétée  de fatigue 

J’ai le sentiment de tout donner sans plus rien conserver pour ma pomme…..

Fatiguée je vous dis

Bon, en même temps, on l’a bien cherché et à se croire éternellement jeunes, la vie nous rappelle juste que….ben non.

Le petit message, peut être le plus important du jour:

Je continue à vous lire, les pmettes qui attendent d’embarquer, celles qui sont en plein voyage, celles qui viennent d’arriver, celles qui prennent d’autres routes vers la parentalité …. Et quelque chose me frappe à chaque fois:

La Pma n’est jamais loin pour moi, je me sens encore pleinement proche de chacune, chacun.

Ma chair tremble quand je lis vos chemins escarpés, vos chutes me font pleurer et vos espoirs me remplissent d’étoiles…

La Pma reste à mes côtés et je suis à vos côtés. 

Énormes bises à toutes celles que je connais et à celles que je ne peux que lire, qu’imaginer.