L’actu en direct du labo de la vie :)

Bon, nous y voilà…. le lendemain de la ponction, on est contacté par le labo pour avoir un 1er bilan.

Hier je flippais car j’apprenais que 5 ovules (seulement ??!!) sur 15 follicules avaient été collectés.

Heureusement que vous avez été là, tous et toutes pour me plonger la tête dans un seau d’eau froide et me permettre de retrouver mes esprits… 5 ovules c’est vachement bien (comme disait Boule de mousse, c’est « vegas ») et tout est encore à venir.. possible…

Cette fin de matinée a sonné l’heure du 1er coup de fil du labo, le 1er bilan; pas d’emballement, on n’est qu’à J1… mais quand même un vrai plaisir 🙂

Le plaisir d’apprendre que, je cite « les 5 ovules ont été micro-injectés et 4 présentent des signes de fécondation ce matin » !!!

Ok, c’est le coup de fil du J2 et, si l’on arrive jusqu’à là, de lundi qui donnera le nombre final mais…. je ne veux pas m’empêcher de juste prendre un grand plaisir à cette première annonce 🙂

Je suis toute émue d’être enfin arrivée à ce moment où la vie tente de se frayer un chemin jusqu’à nous… je ne sais pas encore quand aura lieu le transfert si un ou plusieurs embryons résistent jusqu’à là… j’aurai un 2d coup de fil demain qui doit me donner des nouvelles en ce sens… j’y apprendrai notamment si je serai transférée le jour même (embryon(s) à J2) ou à partir de mardi (J5, le blasto 😉 )

Certes je suis terrorisée d’apprendre qu’aucun n’a réussi à tenir….et, paradoxe de la PMA oblige, je suis toute heureuse de penser à cet univers, à ce futur possible que je peux presque toucher du doigt maintenant…

Je sais aussi que la route est longue jusqu’à là, qu’elle est parsemée d’embûches, de risques et de déceptions possible.

Pour le moment, je ne veux qu’emmagasiner du positif, penser à ces embryons comme de futurs « nous » se battant pour vivre et les soutenir de toute ma force dans ce sens… !

Demain est un autre jour. Pour le moment, je tente de chérir mon corps tout secoué depuis hier, de rester posée et de prendre les cachets qui vont bien pour que mon ventre arrête de me faire souffrir pour redevenir au plus tôt un espace chaud, accueillant et serein pour la suite à laquelle l’Hôm a encore rêvé cette nuit…. Nom de d… les 2 garçons jumeaux étaient là… il devait les peser…. le rêve de fou ….. ok…. je me calme….

Bises à tous et toutes !

Sick & tired

Bon, le silence internet qui vient de s’écouler ces dernières heures est du à des petits malaises post anesthésie générale…. On fait les fortes, on se la raconte mais en se levant pour aller aux wc la 2ème fois, je suis tombée dans les pommes ou plus exactement dans les bras de l’Hom, qui s’était posté à la sortie des wc après m’avoir vue me lever toute blanche mode cadavérique ….

L’anesthésiste nous a libéré vers 16h et là, encore une fois trop fière, je me suis dit qu’on pouvait rentrer trankillou en métro ….. En marchant à 2 à l’heure, tout s’est bien passé jusqu’à la pharmacie et le temps que nous a pris la récupération de tout le traitement… Et là, rebelote, je sens le coup de chaud monter, je me sens pâlir (mon Hôm et le pharmacien ont commencé à flipper)…. Mais cette fois ci, pas de tombage dans les pommes… Je crois que je ne me le suis pas autorisé 😉
Je vous écrit tôt ça de mon canapé en mode pyjama/plaid et café au lait à mes côtés ,,,, j’espère que tout ça sera passé demain….
Bises à toutes et spéciale dédicace à l’amour de ma vie qui a enfin laissé son comment sur un des articles du jour 😉

20130530-182607.jpg

5

Passer de 15 follicules à ….. 5 ovules…. C’est peu…. Je suis vachement déçue.
Et encore, pour le moment, on ne parle pas de qualité mais juste de nombre prélevé….. On peut donc tomber assez bas à partir de là….
Je saurai demain entre 14h et 17h ce que sont devenus ces rescapés que j’aime à m’imaginer beaux comme des bijoux ….

20130530-113349.jpg

La ponction, journal de bord

Ok….. Après une nuit pas si reposante que ça (je vais me tourner, non, plutôt de l’autre côté, non, finalement je vais jouer, bon, il faudrait dormir …. Etc… ), arrivée sous des trombes de pluie au centre de PMA.
Nous sommes deux dans la chambre, dans le pâté le plus total et prenant connaissance de la chemise qu’il faudra enfiler après la douche betadinée…. Bon, c’est loin d’être la fashion week mais on s’en fout 😉
Les deux Homs sont aussi là, attendant d’être appelés pour donner le meilleur d’eux même (ah la belle formule pourrie du matin à jeun 😉 )
Je vais sûrement partir en 1er car ma piqûre d’Ovitrelle est plus ancienne que ma colocatrice temporaire.
À tout à l’heure pour la suite !

20130530-082724.jpg

ÉDIT 1//

Ayé, les deux Homs sont partis faire leur recueil….
Je ne résiste pas aux images qui me viennent, trop bizarre comme situation quand même 😉
Madame ma colocataire et moi attendons, les Homs partis à la chasse aux spermatozoïdes ;)))
Allez, je vais jouer un peu en attendant que l’on vienne me chercher!

ÉDIT 2//

I’m back !!
Vos commentaires me font trop rire, ce qui n’est pas cool 😉 vu le mal de bide que je me tape 😉
Bon ben voilà, je viens de revenir dans ma chambre après une anesthésie générale plutôt marrante sur fond de Marvin Gaye, une équipe plutôt très cool (big up pour l’infirmiere anesthésiste si douce), l’obstétricien qui était content de n’avoir que des « petits gabarits » et finalement, je n’ai (presque) pas eu peur 🙂
Bon là tout de suite maintenant, il est 10h et des petotes et je vais me poser avec l’Hom qui est là, tout mignon, sur mon lit…..
À tout à l’heure pour un premier bilan !

Etat des lieux pré-ponction…

Bon, je dois avouer que ce protocole, c’est un peu l’ascension de la violence… mon corps est infusé d’hormones et la piqûre d’Ovitrelle a déclenchée mon ovulation hier soir….

En temps normal on ovule au singulier.

Ici, l’objectif est d’ovuler au pluriel +++ donc autant vous dire que ça bosse dur dans la matrice…

Le 1er effet secondaire est la fatigue.

Je suis tout simplement claquée, fatiguée de monter dix marches …

Le 2nd effet est la nausée… et au vu des posts de l’ensemble des copinautes déjà passées par là, il semblerait que cela accompagne largement la suite du protocole de FIV … Youpi.

Je termine mon dîner dans le plaisir de la glace au lait d’amandes histoire de me réconcilier avec le fait de ne pas pouvoir déjeuner demain matin, anesthésie générale donc, être à jeun s’impose…

Je tenterai de tenir un journal de bord du « ponction day » demain….

Je vous bise et vous souhaite une bonne nuit !

 

 

Le coup de fil du rdv ;)

Voilà… on change de niveau 😉

Les infirmières viennent de m’appeler et j’ai rdv pour la ponction jeudi matin à 8h !!! Yesssssss !!!

On y est !! on passe au niveau 3 (ah j’te jure, les gamers ….)

Je termine le Gonal + mon snif de Synarel ce soir, demain soir Ovitrelle à 22h et rdv jeudi matin tous les 2 pour le début de la partie la plus difficile… le fameux niveau 4….. où il sera question de doutes (again), de peur (again…) et d’attente (oui, again).. mais de tout ce que je sais après avoir suivies pas mal de copinautes sur le sujet, cette partie là est vraiment la plus pénible car on est en même temps au top de notre aventure (en tout cas pour la FIV 1) et en même temps le moins dans l’action.

En résumé, à partir de là, on attendra:

– de savoir combien d’ovules étaient viables (je flippe sévère)

– de savoir combien d’embryons ont été réalisés (euh… je flippe sévère)

– de savoir à quelle niveau de maturité de ce ou ces embryons le transfert aura lieu (allez, tous avec moi : « le blasto ! le blasto! le blasto! »)

– de savoir enfin si un ou plusieurs embryons ont pu être conservés pour un essai ultérieur

Sans rire… je sens que le stress va monter un peu sérieusement… et que je vais avoir besoin de tous les conseils que je me suis vue donner à celles qui sont passé par là il y a peu.

J’ai hâte de vous décrire la journée de la ponction dans les détails :)))

à Jeudi soir tout le monde !!

Bilan 4e contrôle

Tout a bien démarré… une dame charmante qui me souhaite une bonne journée dans le métro (si,si, même pas fofolle…), l’infirmière qui me propose de choisir dans quel bras je veux ma prise de sang (c’est pas comme si sa collègue m’avait fait mal la dernière fois…), elle me parle, va chercher mon dossier et me dit que je vais surement avoir un appel avant 17h pour vraisemblablement programmer la ponction pour mercredi (sous réserve de la dernière écho que je vais faire dans la foulée)… Elle est douce et réussi l’impossible: vous faire croire qu’elle ne s’occupe que de vous alors qu’elle va surement piquer/écouter/expliquer ces mêmes choses un nombre incalculable de fois dans la matinée…. Chapeau….

L’échographie qui a suivie était de la même nature….. pas de retard (alors que sur les 2 dernières, j’avais mangé 30 à 40 mns de retard), la même échographe habituellement muette qui m’a articulé duex trois phrases avec sujet/verbe/complément 😉 et un bilan remis rapidement et qui semble correct:

Finalement, les follicules sont 15 (9 à gauche et 6 à droite).

L’endomètre est toujours à 9 mm.

Ce qui m’impressionne le plus, c’est l’évolution de la taille des ovaires (+ 1.5 cm de largeur sur chacune depuis vendredi) ainsi que la taille des dits follicules, le peloton de tête en compte 7 dont la taille dépasse les 15 mms (dont deux à 21 et 24 mm, flippant non ?…); les 8 autres ont une taille qui varie entre 13 et 7 pour le plus petit.

Encore une fois, ça ne veut pas dire grand chose car cela ne préfigure ni la quantifié ni la qualité des ovules qui sont (normalement) contenus dans ces petits sacs…

Bon, j’aime à imaginer que la réunion du staff de mon centre de fertilité ressemble à ça aujourd’hui et qu’ils me contacteront vite pour que je sache à quoi m’en tenir….

Houston, salle de contrôle de la NASA, Avril 1970

En attendant le 4ème contrôle

Dimanche…. Le temps s’écoule tranquillement…..du soleil, euh, des nuages, non, du soleil.. Bref, un mois de mai(rde) tenace….. Après une belle soirée avec mon beau frère et sa femme, après la petite balade dans notre quartier ce matin, pour aller choper les supers petits pains frais de notre boulanger (cf. Article synarel first snif), nous avançons trankillou vers l’idée d’aller se faire un ciné en début de journée…
Demain est un autre jour, celui du dernier contrôle de cette 1ère FIV… Me faudra t’il poursuivre encore un peu le Gonal pour developer encore les follicules ? Le déclenchement me sera t’il annoncé par les infirmières après ces derniers contrôles ? Si tel est le cas, ponction mercredi pour un transfert entre vendredi (si on me transfert un ou des embryons développés à J2) et lundi prochain au mieux s’il s’agit d’un blasto (embryon développé à J5)… Mais …. Oula… On s’emballe (comme à chacune des étapes)…. Allons, hop, hop…! Je dois faire taire un peu ma tête, mes envies et mes espoirs ! Comme on en discutait hier soir avec Flavex, ma (très) belle soeur, il me faut gérer ce paradoxe constant des émotions qui sont tiraillées entre l’espoir, les rêves, l’euphorie parfois et … la peur, les doutes. La position du paysan face aux événements du quotidien (cf. histoires qui font du bien) me paraît être la posture la plus adaptée : voyons déjà ce que ce lundi nous apporte de joies ou de contrariétés …. et faisons de notre mieux avec chacune de ces situations…
Bises et pensées à celles (Marinette !!;) qui se feront piquer et échographier à la même heure ce lundi !

Foire aux questions FIV

Je suis tombée sur le site de la Clinique mutualiste de la Sagesse à Rennes (prédestinée pour assurer le suivi de l’infertilité 😉 dans lequel une FAQ assez riche était en place, je me permet de la reproduire ici, pour nous toutes et les futures lectrices/aventurières de la PMA ;

Le traitement:

1. J’ai eu un petit saignement, puis les règles se sont arrêtées et ont repris 2 jours plus tard : quel jour dois-je considérer comme mon premier jour du cycle ? 

De nombreuses femmes ont un petit saignement avant les règles, et il est parfois difficile de dire si les règles ont débuté. On considère généralement dans ce cas que le premier jour est celui où les règles sont abondantes. Commencer le traitement de stimulation avant le vrai début du cycle n’est pas grave, mais toutes les injections faites avant les vraies règles ne serviront à rien.

2. La consigne est de débuter le traitement au 21ème (ou au 23ème) jour du cycle, mais mes cycles sont irréguliers, et parfois longs et j’ai peur de commencer à un mauvais moment. 

Les pré- traitements avant le cycle de FIV débutent au 21ème jour (soit 7 jours avant les règles) pour le Décapeptyl et au 23ème jour (5 jours avant les règles) pour le PROVAMES. Ces dates sont calculées pour un cycle de 28 jours, et il faut en tenir compte si la durée du cycle est différente. Par exemple, pour un cycle de 31 jours, il faudra débuter le DECAPEPTYL au 24ème jour ou le PROVAMES au 26ème jour.
Lorsque les cycles sont vraiment longs, et ovulatoires, il est préférable de se baser sur la courbe de température : les traitements commencent alors au 5ème ou 7ème jour du décalage thermique.
N’hésitez pas à nous montrer la courbe thermique pour vérifier que le moment du démarrage est le bon.
Lorsque les cycles sont très longs et qu’il n’y a pas d’ovulation, votre médecin vous indiquera comment faire. Nous utilisons le plus souvent le Duphaston pour faire venir les règles à date fixe.

3. L’infirmière m’a fait toutes les piqûres du côté droit, est-ce que mon ovaire gauche va bien répondre au traitement ? 

Les produits injectés par voie sous-cutanée n’agissent pas directement : ils diffusent d’abord dans le sang et agissent partout dans l’organisme de la même façon. L’endroit de l’injection n’a aucune influence sur le résultat.

4. Après la fin des injections, il reste un peu de produit dans la seringue, alors qu’il ne devrait plus en rester : est-ce qu’il y a eu une erreur sur les dosages ? 

Les fabricants de produits injectables mettent un peu plus de produit dans les ampoules que la dose indiquée. Il est donc normal qu’il en reste un peu après avoir fini les injections.

5. L’infirmière s’est trompée dans les doses : elle ne m’a injecté de 75 UI au lieu des 225 UI prescrites. Est-ce que cela compromet le résultat de la FIV ? 

Les erreurs de doses peuvent avoir des conséquences fâcheuses, et particulièrement sur les 3-4 premiers jours de stimulation ovarienne. C’est en effet dans cette période que se détermine le nombre de follicules qui vont grossir. Si ce nombre est beaucoup trop élevé, ou au contraire beaucoup trop bas, il est presque impossible de rattraper la situation ensuite, même en adaptant les doses. Dans ces situations, on est souvent obligé d’annuler le cycle.

6. Sur mon ordonnance, on m’a prescrit du MENOPUR 150 UI par jour. Sur le flacon du MENOPUR, il est inscrit que le flacon contient 75 UI de FSH et 75 UI de LH. Est-ce que les UI (unités internationales) s’ajoutent ? Est-ce que je dois faire un ou deux flacons par jour ? 

Le produit qui stimule les ovaires est la FSH. C’est ce composant qui est concerné par la prescription du nombre d’unités internationales (UI). Si on vous prescrit 150 UI, c’est donc 2 flacons de poudre qui doivent être utilisés chaque jour. En revanche, il n’est pas nécessaire d’utiliser 2 flacons de solvant, un seul suffit pour diluer 2 ou 3 flacons de poudre.

La surveillance du traitement

7.      À quoi sert la prise de sang que j’ai faite le soir en même temps que le déclenchement par Ovitrelle ou Gonadotrophines, puisqu’elle n’est dosée qu’après la ponction ? 

Pour comprendre les raisons d’un échec, il est important de connaitre les taux d’hormones le jour du déclenchement. Certains échecs peuvent être en rapport avec une ovulation prématurée, une lutéinisation précoce (montée de progestérone), ou une chute importante du taux d’estradiol. C’est pourquoi, si une prise de sang n’a pas été faite le matin du déclenchement, nous demandons à ce qu’elle soit faite le soir.

Le prélèvement de sperme

8.      Mon mari éprouve parfois de sérieuses difficultés pour faire les spermogrammes, et il est très stressé à l’idée d’avoir à faire un prélèvement de sperme le jour de la ponction. Nous avons tous les deux la crainte qu’il n’y arrive pas et que cela empêche la FIV. 

Si des difficultés de prélèvement de sperme sont prévisibles, il est préférable d’avertir à l’avance le laboratoire de FIV, car différentes solutions peuvent être proposées : faire le prélèvement en couple au laboratoire, ou à domicile le matin de la ponction, ou réaliser à l’avance une congélation du sperme.

9.      J’ai lu sur le livret d’information que la qualité du sperme pouvait être altérée par une forte fièvre. Or mon mari a eu une forte angine la semaine dernière avec de la température pendant 3 jours. Est-ce cela peut compromettre les résultats de la FIV ? 

Une fièvre très élevée, à 40° ou plus, peut provoquer une baisse spectaculaire et assez durable de la qualité du sperme. Ce n’est pas le cas des fièvres modérées. En cas de doute, il est préférable de refaire un spermogramme avant la ponction. En réalité, la seule situation réellement problématique est celle où la fièvre a entrainé une azoospermie (absence complète de spermatozoïdes) et ceci n’est pas fréquent. Dans les autres situations, il est toujours possible de faire la FIV, même avec une altération importante du spermogramme, en utilisant les techniques de micro-injection

10.   Mon mari doit subir une petite intervention avec une anesthésie générale peu de temps avant la tentative de FIV. Cela risque-t-il de modifier la qualité du sperme ? 

Les médicaments susceptibles d’altérer la qualité du sperme sont peu nombreux et ne sont pas d’utilisation courante chez les hommes jeunes. Les produits utilisés pour l’anesthésie sont sans problème, de même que la plupart des antibiotiques, des antalgiques et des anti-inflammatoires. Les produits qui peuvent poser des problèmes sont certains anti-ulcéreux, certains antiépileptiques, les anti-rétroviraux, la Salazopyrine, les hormones anabolisantes (dopage), certains anti-fungiques (Nizoral), la Colchicine et la chimiothérapie anti-cancéreuse. En cas de doute, n’hésitez pas à demander à votre gynécologue.
L’hygiène de vie est également importante, le tabagisme, l’abus d’alcool, les drogues, l’exercice physique trop intensif, les bains chauds ont un effet défavorable sur la qualité du sperme.

Le prélèvement des ovocytes et la réimplantation des embryons

11.   Je n’ai pas bien compris la différence entre les follicules et les ovocytes. Lors de la dernière échographie, le médecin m’a dit que j’avais 12 follicules mais je n’ai eu que 5 ovocytes à la ponction. 

Les follicules sont des petites poches de liquide à l’intérieur des ovaires, qui grossissent régulièrement au cours du cycle et qui sont bien visibles en échographie : les plus gros mesurent environ 2 cm au moment de la ponction..
L’ovocyte est la cellule qui donnera un embryon lorsqu’elle sera fécondée par un spermatozoïdes : elle est très petite, environ un dixième de millimètre. L’ovocyte n’est donc pas visible en échographie, et il n’y a aucun moyen de savoir, en regardant un follicule en échographie, s’il contient ou non un ovocyte..
Lorsqu’on ponctionne les follicules, on aspire le liquide du follicule en espérant trouver un ovocyte dedans, mais on ne peut jamais en être certain tant que le laboratoire n’a pas examiné le liquide sous microscope.
En moyenne, on trouve un ovocyte dans la moitié des follicules ponctionnés, mais il y a beaucoup de chance d’en trouver dans les grands follicules (75% en moyenne)) que dans les petits (25% en moyenne). D’importantes différences existent entre les personnes : avec le même résultat échographique et hormonal, certaines auront 15 ovocytes et d’autres 3, sans que l’on sache exactement pourquoi.

12.   Quand j’ai appelé pour avoir mes résultats, l’infirmière m’a dit qu’il fallait tout arrêter parce que j’avais une mauvaise réponse au traitement de stimulation, et qu’il fallait que je reprenne un rendez-vous avec mon gynécologue. Je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas faire de ponction alors qu’il y avait des follicules visibles sur les ovaires en échographie. 

En moyenne, pour 2 follicules on recueille un ovocyte, et il faut 2 ovocytes en moyenne pour avoir un embryon. Avec moins de 3-4 follicules de taille correcte, il devient donc peu probable d’avoir des embryons.
Lors de l’analyse des résultats, il est également tenu compte du taux d’hormone dans le sang, et en particulier de l’estradiol. Les résultats de la FIV ne sont pas bons si les taux d’estradiol sont à moins de 1000 en protocole agoniste (Décapeptyl) ou à moins de 500 en protocole antagoniste (Cetrotide-Orgalutran).

13.   Bien que j’ai eu 7 ovocytes à la ponction, et que le sperme de mon conjoint soit normal, il n’y a pas eu de fécondation et pas d’embryon. Est-que cela veut dire qu’il y a une incompatibilité entre nous ? 

Il n’existe pas d’incompatibilité entre les ovocytes et les spermatozoïdes. L’échec de fécondation peut être lié à la qualité des ovocytes, à celui des spermatozoïdes, ou peut être parfaitement inexpliqué. Généralement, la tentative suivante est faite avec une micro-injection (ICSI), même si le sperme parait normal.

14.   Lorsque j’ai appelé le laboratoire deux jours après la ponction pour avoir le résultat, la personne du laboratoire m’a dit que je n’avais que deux embryons. Je suis très déçue car j’avais eu 12 ovocytes à la ponction. 

Le taux de fécondation « normal » est de 50%, c’est-à-dire que la moitié des ovocytes en moyenne donne des embryons. Mais il est très variable d’une personne à l’autre, et même parfois d’un cycle à l’autre chez la même personne. En fait, le point le plus important est la qualité des embryons, qui est plus importante que le nombre.

15.   Quand nous avons discuté avec le gynécologue et le biologiste du nombre d’embryons à réimplanter, ils nous ont conseillé de n’en mettre qu’un seul, à cause du risque de grossesse gémellaire. Mais, mon mari et moi, ça ne nous fait pas peur d’avoir des jumeaux, bien au contraire. 

Beaucoup de couples en FIV souhaiteraient plutôt une grossesse gémellaire qu’une grossesse unique, parce qu’ils ont beaucoup attendu la grossesse et qu’ils se disent que cela ne se répétera peut-être pas. Les obstétriciens ne partagent pas ce point de vue, parce que les grossesses gémellaires augmentent beaucoup le risque de fausse couche tardive et d’accouchement très prématuré.
La grande prématurité expose au risque de perdre l’enfant ou de lui laisser un handicap sérieux.
Pour ces raisons, les médecins préfèrent favoriser les grossesses uniques, en transférant un seul embryon, quand cette situation ne diminue pas les chances de grossesse. Ceci est vrai par exemple pour un transfert d’un bel embryon, chez une femme de moins de 38 ans, lorsqu’une congélation des embryons non transférés est possible.

16.   Lors du transfert, la personne du laboratoire avait l’air de trouver que les embryons obtenus n’étaient pas très beaux : qu’est-ce que cela signifie exactement ? 

Ce que les biologistes appellent la qualité d’un embryon, c’est la probabilité que l’embryon s’implante pour donner une grossesse. Un « bel » embryon aura donc plus de chance de donner une grossesse qu’un embryon plus médiocre. En revanche, ceci n’a aucune conséquence sur la qualité de l’enfant à naître : un embryon « moyen » donnera un aussi beau bébé qu’un embryon « parfait ».

17.   Après la ponction, j’ai eu une hyperstimulation importante, avec le ventre très gonflé, et les médecins m’ont dit qu’il était préférable de ne pas faire de transfert d’embryon sur le cycle et de faire une congélation des embryons. Je suis très déçue d’avoir fait tout cela pour rien, d’autant que j’ai beaucoup d’embryons de qualité. 

L’hyperstimulation importante est toujours aggravée par une grossesse débutante : elle est plus grave et dure beaucoup plus longtemps. Le risque de faire une phlébite (caillot dans les veines) est également supérieur. Dans ces conditions, l’équipe FIV préfère le plus souvent congeler les embryons obtenus pour les réimplanter sur un autre cycle, après disparition des signes d’hyperstimulation.

Après le transfert d’embryons

18.   Depuis que j’ai eu le transfert d’embryons, je ne sais pas très bien ce que je dois faire ou ne pas faire pour augmenter les chances de grossesse. J’ai peur de faire quelque chose qui provoquerait un rejet de l’embryon. 

Le repos après ponction et transfert diminue les douleurs abdominales, mais n’augmente pas les chances de grossesse. Ne vous compliquez pas la vie, vivez normalement. Il est simplement recommandé d’éviter les rapports sexuels pendant 3 jours après le transfert, pour ne pas donner de contractions utérines. Ce qui est important pour les chances de grossesse, c’est la qualité et le nombre d’embryons replacés lors du transfert et le traitement par progestérone après le replacement des embryons.

19.   Le résultat du 1er bétaHCG est à 8 : je ne sais pas si c’est positif ou négatif, parce qu’il est écrit sur la feuille du laboratoire que c’est négatif en dessous de 6. 

Le 1er bêta-HCG plasmatiques est normalement supérieur à 30 pour une grossesse simple et à 200 pour une grossesse gémellaire. Un résultat inférieur à 10 est considéré comme négatif. Entre 10 et 20, il y a eu un début de grossesse, mais généralement l’évolution n’est pas favorable, et l’arrêt de la grossesse très rapide.

20.   Le résultat du 1er b-HCG plasmatiques à J12 était bon à 78 mais le second à J16 n’est qu’à 126 : est-ce normal ? 

Le taux de croissance des bêta-HCG plasmatiques doit être très rapide (au minimum il doit doubler tous les 2 jours). Ici le 2ème dosage à J16 aurait du dépasser 300 UI. Lorsque la courbe de croissance des bêta-HCG plasmatiques n’est pas rapide, il n’y a aucun espoir d’évolution favorable pour cette grossesse.

21.   J’ai eu un transfert de deux embryons, mais ça n’a pas marché et mon test de bêta-HCG plasmatiques est négatif. Je ne comprends pas à quel moment j’ai perdu les embryons, parce que je n’ai rien senti. 

Quand il n’y a pas de grossesse après un transfert, cela signifie que les embryons replacés dans l’utérus ne se sont pas implantés. L’implantation est un phénomène qui a lieu normalement vers le 6ème jour après le prélèvement des ovocytes, soit au 4ème jour après le transfert. A ce stade, les embryons ne mesurent qu’un 1/10ème de millimètre. Dans la plupart des cas, les embryons qui ne s’implantent pas ne sont déjà plus vivants à cette date. Ils sont éliminés spontanément dans les jours qui suivent le transfert, et comme il s’agit de cellules microscopiques, il est impossible de se rendre compte de leur élimination. Ce phénomène n’a rien de commun avec une fausse-couche.

22.   Je ne comprends pas pourquoi ça n’a pas marché, alors que le biologiste m’a dit au moment du transfert que les embryons étaient très beaux. 

Les biologistes n’ont aucun moyen fiable pour déterminer si un embryon est capable de donner une grossesse. Nous savons seulement définir des critères qui permettent d’avoir une idée de leur probabilité de s’implanter. En fonction de ces critères, il est possible de dire si un embryon a une bonne chance de donner une grossesse ou non. Mais même lorsqu’un embryon est jugé parfait, ses chances de donner une grossesse ne dépassent probablement pas 30%.

23.   Depuis que j’ai débuté ma grossesse, j’ai presque tout le temps mal au ventre, comme des douleurs de règles, et ça m’inquiète beaucoup. 

Les douleurs abdominales sont très fréquentes en début de grossesse, car l’utérus est mou et gonflé, et il grossit très rapidement. Ces douleurs ne sont pas inquiétantes et ne font pas courir de risque de fausse-couche.

24.   Ma grossesse avait l’air de se passer normalement, mais j’ai eu hier soir une perte de sang, et j’ai peur de faire une fausse-couche. 

Environ 30% des grossesses normales présentent des pertes de sang pendant les premiers mois. Ces pertes de sang sont dues à l’activité du trophoblaste (le futur placenta), qui doit perforer la muqueuse utérine pour rentrer en contact avec les vaisseaux de l’utérus. Elles sont indolores, durent rarement plus de 2-3 jours et sont généralement peu abondantes. Elles peuvent aussi survenir après un rapport sexuel, car le col est plus fragile pendant la grossesse. Généralement, il est proposé de faire une échographie, pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’une fausse-couche, et que l’embryon est toujours vivant.

3ème contrôle :)

Je suis à 8 jours du début de mes piqûres de Gonal, à J9 et, au dernier contrôle , 13 follicules se développaient, certains prenant même la grosse tête 😉
Ce matin, 3ème contrôle pour déterminer leur évolution, l’augmentation ou non de mon dosage quotidien bref, on se rapproche pas mal de l’issue de cette stimulation 😉
Bon, l’échographe est la même que mercredi et…. semble toujours entre le sommeil et la mort cérébrale …. Drôle d’ambiance quand même…. toute cette intimité dans le plus grand silence.
Bref, on ne va pas découvrir la froideur des actes médicaux grâce à mon blog 😉

Sinon, résultats de l’élevage aux hormones (ben oui, plus possible d’être bio à ce niveau là de traitements) :

Déjà, mon endomètre est passé de 7 mm d’épaisseur à 9 mms… je crois que c’est à peu près le seul endroit de mon corps où j’accepte de grossir actuellement 😉

Ensuite, les follicules semblent plutôt bien se développer:

Ils sont 14, toujours plus nombreux  et plus développés dans mon ovaire gauche;

Il y a quelques winners qui vont de 13 (2) à 19 (1) en passant par 15 (2), les autres étant entre 3 mm et 11 mms….

Je ne sais pas si je dois en penser quoi que ce soit pour le moment ârce que le nombre ne présage pas de la qualité et de la longévité so…. j’attends un éventuel coup de fil des infirmières qui voudraient augmenter ma dose de Gonal jusqu’à mon dernier contrôle prévu lundi…

J’ai beaucoup pensé à Marinette qui, au même  moment, devait se mettre à compter et suivre l’élevage de ses follicules ;))
Je pense bien fort à Dame Lapin qui a du se faire piquer le bras en même temps que moi ce matin mais avec beaucoup plus de stress que pour un simple contrôle… Je pense à toutes celles qui attendent de démarrer ou de re démarrer une tentative… et à nos marraines de FIV qui ont un joli BB au creux de leur corps …. Enfin …..!

à très vite pour la suite des news….!